Thomas CORNEILLE, auteur cité dans le Littré

Th. CORNEILLE (1625-1709)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme Th. CORNEILLE a été choisie.

frère du Grand Corneille

463 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Ariane 1672 87 citations
Dom Bertran de Cigarral 1650 44 citations
Le comte d'Essex 1678 22 citations
Le galant doublé 1669 25 citations

Quelques citations de Thomas CORNEILLE

Voici un tirage aléatoire parmi ses 463 citations dans le Littré.

  1. Pour attraper les gens il est de fines mouches.
    D. César d'Avalos, I, 2 (mouche)
  2. Oui, mais enfin parlons sans nous équivoquer.
    Berger extrav. IV, 3 (équivoquer)
  3. D'un aveugle penchant le charme imperceptible Frappe, saisit, entraîne, et rend un cœur sensible.
    Ariane, I, 1 (imperceptible)
  4. Madame, on a du comte examiné le seing ; Les écrits sont de lui, nous connaissons sa main.
    C. d'Essex, II, 3 (seing)
  5. Je frémis de le perdre, et tremble à m'y résoudre.
    Essex, III, 2 (trembler)
  6. …Si vous n'êtes point louche, Du moins vous avez l'œil honnêtement farouche, Et vous m'envisagez d'un certain lorgnement à vous faire traiter peu fraternellement.
    le Geôlier de soi-même, V, 6 (lorgnement)
  7. Une ostrogote faite en dépit de nature.
    Baron d'Albikrac, I, 3 (ostrogot, ote)
  8. Il prétend le savoir pourtant d'original.
    D. César d'Avalos, V, 2 (original, ale [1])
  9. J'en mettrai haut le prix ; c'est à lui d'y penser.
    Ariane, IV, 3 (haut, aute)
  10. Vous êtes à peu près chaussés à même point.
    l'Amour à la mode, I, 3 (point [1])
  11. Plus effronté qu'un page, en vain on le retient.
    Baron d'Albikrac, I, 3 (page [2])
  12. Que cette inébranlable et fidèle amitié Mérite bien de vous au moins quelque pitié.
    Ariane, II, 7 (inébranlable)
  13. Sans courroux, ma comtesse ; Vous savez que nature est un peu larronnesse.
    Comtesse d'Orgueil, IV, 6 (larron, onnesse)
  14. … Surtout suivez ma tablature, Gardez toujours la bourse, et donnez à mesure.
    Baron d'Albikrac, I, 5 (tablature)
  15. Car enfin il en est qui, pendant tout un mois, Comme des loups-garous ne dorment qu'une fois ; Leur curieuse humeur toujours les inquiète.
    le Feint astrologue, I, 2 (loup-garou)
  16. Et, pour vous en punir, vous mourrez vieille fille.
    D. Bertr. de Cigarral, V, 11 (fille)
  17. Je voulais de l'argent pour acheter des pipes ; Et, loin de m'en fournir comme j'aurais pensé, Peut-être ce jour-là vous auriez tout mâssé.
    Galant doublé, V, 3 (mâsser)
  18. Votre malheur par là trouve une heureuse fin.
    Ariane, III, 3 (fin [1])
  19. Pour vouloir fuir le mal, quelquefois on l'empire.
    Comt. d'orgueil, I, 2 (empirer)
  20. Un campagnard fort riche et de bonne famille Est si sot que d'Anselme il épouse la fille ; Le voilà bien logé !
    Comtesse d'Orgueil, IV, 6 (logé, ée)