Jean de Roye, dit Jean DE TROYES, auteur cité dans le Littré

J. DE TROYES (1425-1495)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme J. DE TROYES a été choisie.

84 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Chronique scandaleuse 81 citations

Quelques citations de Jean de Roye, dit Jean DE TROYES

Voici un tirage aléatoire parmi ses 84 citations dans le Littré.

  1. Il y crut competemment de blez qui furent bons et de garde.
    Chron. 1460 (garde [1])
  2. Le principal malfaiteur et prononceur des dictes parolles fut condampné à faire amende honorable.
    Chron. 1465 (prononceur)
  3. L'autre Jehan du Foing estoit fontenier et plombeur.
  4. Ce fut chose moult estrange à luy de ainsi faulser sa foi et soy ainsi abaisser.
    Chron. 1472 (fausser)
  5. La dicte année feut fort moiste… et y eut de grans tempestes en divers lieux.
    Chron. 1466 (moite)
  6. Et si disoit-on que plusieurs femmes y alloient curieusement de nuict et de jour.
    Chron. 1478 (curieusement)
  7. Et fist plusieurs rudesses audit hostel à dame Ambroise de Loré.
    Chron. 1460 (rudesse)
  8. Advint que aulcuns larrons bourguignons sans maistre ne adveu, se mirent sur les champs.
    Chron. 1474 (aveu)
  9. Et entre lesdits deux appentis y avoit une cloison de bois, dont la moitié par le haut estoit treillisée.
    Chron. 1475 (treillisser)
  10. Et si leur renvoyerent grant quantité de trousses de flesches à arc, artillerie…
    Chron. 1472 (trousse)
  11. [Le saulcier] luy presta l'oreille et dist qu'il n'y pourroit rien faire sans le moyen de Colinet queux du roy.
    Chron. 1475 (oreille)
  12. Et vers la nuit les Ecossois… prindrent le roy qui moult estoit las et afflict.
    Chron. 1465 (affliger)
  13. Au regart et en tant que touche le terrouer et finaige du royaume de France, il y creut competemment de blez.
    Chron. 1460 (finage)
  14. Duquel dictum et sentence il se trouva fort perpleux et non sans cause.
    Chron. 1475 (dictum)
  15. [Le roi] declaroit son plaisir estre tel, que feussent laissez paisiblement descendre tous Anglois et Anglesches, sans aucun sauf conduit avoir de luy, et de les laisser converser par tout son royaulme.
    Chron. 1461 (converser [1])
  16. Laquelle jeune fille, pour ce que ledit Lechien mettoit trop [tardait trop] à l'espouser…
    Chron. 1465 (trop)
  17. Nonobstant qu'ils disoient partout où ils passoient qu'ils venoient pour le bien publicq.
    Chron. 1465 (passer)
  18. Et à ceste cause fut raporté que le dit Oriole parloit mal et usoit de menasses.
    Chron. 1478 (parler [1])
  19. Et [le roi] ordonna… que on fist faire des feux par tous les quartiers de Paris, et le guet fut renforcié.
    Chron. 1465 (renforcer)
  20. Ils peussent joyr de toutes franchises de tous cas par eulx commis, comme de meurdre, furt, larrecins, piperies…
    Chron. 1467 (piperie)