Jean-François COLLIN D'HARLEVILLE, auteur cité dans le Littré

COLLIN D'HARLEVILLE (1755-1806)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme COLLIN D'HARLEVILLE a été choisie.

185 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Les Châteaux en Espagne 1789 36 citations
Le vieux célibataire 1792 56 citations
L’Optimiste, ou l’homme toujours content 1788 36 citations
Malice pour malice 1791 22 citations
Monsieur de Crac dans son petit castel, ou Les Gascons 1792 12 citations

Quelques citations de Jean-François COLLIN D'HARLEVILLE

Voici un tirage aléatoire parmi ses 185 citations dans le Littré.

  1. Le jour où l'on s'égare est un vrai jour de fête [il s'agit d'un voyageur égaré qui trouve bon gîte].
    Chât. en Esp. I, 9 (fête)
  2. D'abord réunissant les deux sommes en une, C'est un total.
    Vieux célib. II, 7 (total, ale)
  3. … Telle femme est charmante, entre nous, Dont on serait fâché de devenir l'époux.
    Vieux célib. I, 8 (femme)
  4. La santé peut paraître à la longue un peu fade ; Il faut, pour la sentir, avoir été malade.
    Optimiste, I, 7 (santé)
  5. Je dispute toujours le plus tard que je puis.
    Optimiste, IV, 7 (disputer)
  6. Je n'en puis trop juger, je ne l'ai qu'entrevu.
    Chât. en Esp. II, 2 (entrevoir)
  7. Hé bien ! mon cher monsieur, êtes-vous délassé ?
    Chât. en Esp. II, 4 (délassé, ée)
  8. Vous aviez épuisé tout votre voisinage [pour s'en moquer], Et la disette enfin allait nous obliger à nous railler l'un l'autre.
    Malice pour malice, I, 2 (railler)
  9. Où, privé trop souvent d'un bien mince salaire, Un ouvrier utile est nommé mercenaire.
    Vieux célib. IV, 3 (ouvrier, ière)
  10. Mes enfants s'en tirent à miracle.
    Vieux célib. III, 3 (miracle)
  11. Et l'hymen le plus doux est toujours une chaîne.
    Chât. en Espagne, II, 3 (hymen [1])
  12. Mme Verteuil : Vous m'étonnez toujours ; mais d'où venez-vous donc ? - Formont : D'où je viens, madame ? - Mme Verteuil : Oui. - Formont : De mon pays, j'espère.
    Mœurs du jour, II, 11 (venir)
  13. Enfin, quoiqu'il n'eût pas besoin de secrétaire, En cette qualité monsieur l'a retenu.
    Optim. I, 2 (retenir)
  14. On n'a pas plus d'esprit, de grâce…
    Mœurs du jour, I, 2 (on)
  15. Oui, je découvre en vous, et je m'en sens frappé, Mille dons enchanteurs qui m'avaient échappé.
    Vieux célib. III, 4 (découvrir)
  16. Puis se marie, épouse une fille de rien, Dont le moindre défaut fut de naître sans bien.
    Vieux célib. IV, 11 (rien)
  17. Mais vous pressez les gens d'une manière étrange, Il le faut avouer.
    Vieux célib. II, 6 (gens [1])
  18. Les réputations ne m'en imposent guère ; J'examine et je juge…
    Vieill. et jeunes gens, II, 4 (réputation)
  19. Ensuite à l'emploi de portier J'ai, comme de raison, joint un petit métier ; Une loge ne peut occuper seule un homme.
    Vieux célib. II, 2 (loge)
  20. Vous promettez monts d'or, et n'avez pas un sou.
    Chât. en Esp. I, 8 (mont)