« devoir.2 », définition dans le dictionnaire Littré

devoir

Définition dans d'autres dictionnaires :

Fac-simile de l'édition originale du Littré (BNF)

devoir [2]

(de-voir) s. m.
  • 1Ce qu'on doit faire, ce à quoi l'on est obligé par la loi ou par la morale, par son état ou les bienséances. Elle [Chimène] est dans le devoir ; tous deux [prétendants] sont dignes d'elle ; Tous deux formés d'un sang noble, vaillant, fidèle, Corneille, Cid, I, 1. Je sais ta passion et suis ravi de voir Que tous les mouvements cèdent à ton devoir, Corneille, ib. II, 2. Tous ces devoirs forcés où tout le cœur s'oppose, N'acquièrent à l'esprit ni liberté ni paix, Corneille, Imit. I, 9. L'amour n'est qu'un plaisir, l'honneur est un devoir, Corneille, Cid, III, 6. Un pas hors du devoir nous peut mener bien loin, Corneille, Suréna, IV, 3. Je suis encor Sévère, et tout ce grand pouvoir Ne peut rien sur ma gloire et rien sur mon devoir, Corneille, Poly. IV, 6. À suivre mon devoir, je suis déterminée, Molière, Sgan. 18. C'est l'honneur qui les doit [les femmes] tenir dans le devoir, Molière, Éc. des maris, I, 2. Le bon esprit nous découvre notre devoir, La Bruyère, II. Je conçois vos douleurs ; mais un devoir austère, Quand mon père a parlé, m'ordonne de me taire, Racine, Andr. III, 4. Contemplez mon devoir dans toute sa rigueur, Racine, Bérén. IV, 5. Tu n'as manqué à aucun devoir envers les hommes ? Fénelon, Tél. XVIII. Quoique la philosophie, dit Cicéron, soit un pays où il n'y a point de terres incultes ni de landes, et qu'elle soit fertile et abondante d'un bout à l'autre, elle n'a point de contrée plus riche que celle qui traite des devoirs, Rollin, Hist. anc. liv. XXVI, 2e part. ch. II, art. 2. Le devoir peut être défini l'obligation rigoureuse de faire ce qui convient à la société, Raynal, Hist. phil. XIX, 14. Mon devoir me suffit, tout le reste n'est rien, Voltaire, M. de Cés. III, 2. Laisse-moi les honneurs du devoir qui me lie, Voltaire, Alz. IV, 4. Tremblez en contemplant tout le devoir des rois, Voltaire, Brutus, III, 6. Si les femmes que tu gardes voulaient sortir de leur devoir, tu leur en ferais perdre l'espérance, Montesquieu, Lett. pers. 11. Si nous voulons entrer là-dessus en jugement avec nous-mêmes et considérer sérieusement nos devoirs, Bourdaloue, Domin. octave de l'Ascension, Dominic. t. II, p. 237.

    Devoir conjugal, la conjonction charnelle due entre mari et femme.

    Il est du devoir, le devoir oblige à. Il est de mon devoir de vous donner cet avis. Il est du devoir des défenseurs de la vérité de…, Pascal, Prov. 11.

  • 2Faire son devoir, agir comme on doit agir. Qui sert bien son roi ne fait que son devoir, Corneille, Cid, II, 1. Je ferai seulement le devoir d'un sujet, Corneille, ib. IV, 3. Je pense continuellement à vous ; c'est ce que les dévots appellent une pensée habituelle ; c'est ce qu'il faudrait avoir pour Dieu si l'on faisait son devoir, Sévigné, 15. Il était trop honnête homme pour ne faire pas toujours son devoir, Sévigné, 211. Quoi qu'en pense le libertinage, il y a toujours un avantage infini à faire son devoir, Bourdaloue, Pensées, t. I, p. 403. Vous savez que, dans les grands malheurs, ne faire que son devoir, ce n'est pas le faire, Maintenon, Lettre au duc de Noailles, 22 juin 1709. Mais j'ai fait le devoir d'un ami, d'un chrétien, Delavigne, Paria, III, 2.

    En parlant d'un régiment, d'un soldat, faire son devoir, combattre vaillamment.

    En un autre sens, faire son devoir, se bien acquitter, parler, agir. La langue du cocher a bien fait son devoir, Corneille, Ment. I, 4. Il faisait parfaitement son devoir auprès de Mlle de St-Germain, Hamilton, Gramm. 4. Chacun fit son devoir de dire à l'affligée…, La Fontaine, Matr. Ils avaient lu qu'en amour on soupire ; Ils tâchaient donc d'en faire leur devoir, La Fontaine, Rém.

  • 3Être, rentrer dans son devoir, dans la soumission, le respect, l'obéissance où l'on doit se tenir. On oublie aisément les fautes des enfants lorsqu'ils rentrent dans le devoir, Molière, l'Av. IV, 5. Il fait rentrer son fils dans le devoir, Bossuet, Thom. 2. Fuyons… Mais si l'ingrat rentrait dans son devoir, Racine, Andr. II, 1. [Les gardes du sérail] Sortis de leur devoir, n'osèrent y rentrer, Racine, Baj. I, 1.

    En un sens un peu différent. Être dans son devoir, se mettre dans son devoir, se tenir dans l'état où l'on doit être devant les personnes à qui l'on veut témoigner du respect.

    Ramener, ranger quelqu'un à son devoir, tenir dans le devoir, obliger à faire ce qui doit être fait. Le général ne put tenir dans le devoir ses soldats, Bossuet, Hist. I, 9. Des enfants qu'il remet dans leur devoir par le châtiment, Bossuet, ib. II, 4. Elles tenaient dans le devoir les villes voisines, Bossuet, ib. III, 6. Le jeune Louis… prend les villes, ramène les provinces au devoir, Massillon, Panég. St Louis.

    Se ranger à son devoir, faire ce qu'on doit faire.

    Je lui apprendrai son devoir, je le rangerai à ce qu'il doit.

  • 4En devoir de, prêt à. Il était déjà en devoir de vous aller trouver. Nous étions à table, plusieurs, joyeux, en devoir de bien faire, Courier, Pamphlet des pamphlets.

    Se mettre en devoir de faire une chose, la commencer ou s'y préparer. Il se mit en devoir d'arrêter son maître, Perrot D'Ablancourt, Lucien, t. II, Amitié, dans RICHELET. À moins qu'elle ne se mît en devoir d'obtenir un congé, Bossuet, Lett. abb. 2. L'homme doit se mettre en devoir de se convertir, Bossuet, Avert. 2. On se mit en devoir de déménager les meubles, Rousseau, Conf. III.

  • 5Être à son devoir, être à son poste. M. de Marsillac est déjà retourné à son devoir, Sévigné, 415. Le chevalier est à son devoir, Sévigné, 417. Jaloux, désespéré, j'ose, pour vous revoir, Abandonner des lieux commis à mon devoir, Crébillon, Rhad. I, 2.
  • 6 Terme de féodalité. Devoirs seigneuriaux, droits que le vassal devait à son seigneur.
  • 7 Par extension du sens féodal. Devoir, et, plus souvent, au pluriel, devoirs, marques de civilité, de politesse. Rendre ses devoirs à quelqu'un, lui présenter ses hommages, lui faire une visite de politesse. Le rang de l'offensé, la grandeur de l'offense Demandent des devoirs et des soumissions Qui passent le commun des satisfactions, Corneille, Cid, II, 1. Il peut aller, s'il veut, dessus son monument Recevoir ses devoirs et son remercîment, Corneille, Pomp. I, 3. Agréer ses devoirs et le revoir encore, Rotrou, Vencesl. II, 5.

    Rendre des devoirs, s'est dit des services que des valets remplissent auprès de leurs maîtres. Notre P. Bauny a appris aux valets à rendre tous ces devoirs-là innocemment à leurs maîtres, en faisant qu'ils portent leur intention, non pas aux péchés dont ils sont les entremetteurs, mais seulement au gain qui leur en revient, Pascal, Prov. 6. On rend différents devoirs aux différents mérites, Pascal, P. div. 31. Elle a commencé à rendre ses devoirs au Louvre, Sévigné, 11. J'ai fait votre devoir à l'abbé Arnauld, Sévigné, 395. J'en reviens toujours à dire qu'il y a des sortes de devoirs dont on ne peut se dispenser sans une grossièreté pleine d'ingratitude, Sévigné, 306. Vous saurez que je n'ai rien dit à ce Caton sur la mort de sa femme, et j'avais dessein de l'aller voir avec la marquise d'Uxelles ; et, au lieu d'attendre ce devoir, il vient s'informer comme je me porte de mon voyage, Sévigné, 292. On se rend des devoirs, mais on ne se rend pas l'amour, Massillon, Panég. St Étienne. Le grand plaisir que je me promets, c'est de rendre mes devoirs à Mme Clavier, Courier, Lett. I, 53.

  • 8Les derniers devoirs, les devoirs funèbres, les funérailles. Rendre à quelqu'un les derniers devoirs, présider ou, simplement, assister à ses funérailles. Dis-moi quel bon démon a mis en ton pouvoir De rendre à ce héros ce funèbre devoir ? Corneille, Pomp. V, 1. Tu veux à ce héros rendre un devoir suprême, Corneille, ib. V, 4. Ces pieux devoirs que l'on rend à sa mémoire, Fléchier, Mont. Andromaque elle-même, à Pyrrhus si rebelle, Lui rend tous les devoirs d'une veuve fidèle, Racine, Andr. V, 5. Pour rendre à ses cendres le dernier devoir, Fénelon, Tél. XVII. Rendezmoi [à moi Phalante] les derniers devoirs que vous avez rendus à mon frère [Hippias], Fénelon, ib.
  • 9 Terme de collége. Travail, exercices donnés à un élève. Faire ses devoirs. Un devoir difficile. M. Lambercier était un homme fort raisonnable qui, sans négliger notre instruction, ne nous chargeait point de devoirs extrêmes, Rousseau, Conf. I.
  • 10Devoir pascal, l'obligation de communier à Pâques.
  • 11Association d'ouvriers unis par les liens du compagnonnage. Compagnons du devoir. Des ouvriers appartenant à des devoirs différents.
  • 12Anciennement, sorte de service de surveillance. …à la charge qu'il fera faire tant le jour que la nuit, rondes, devoirs et diligences requises et accoutumées pour éviter tels accidents, Bail Boute, Lett. pat. 27 juin 1680.
  • 13 Terme de droit. Devoir parfait, celui dont l'accomplissement peut être exigé, qui a un droit corrélatif.

    Devoir imparfait, celui dont l'accomplissement ne peut être exigé, qui n'a pas de droit corrélatif.

    Dans l'ancien droit, devoirs de loi exprimait toutes les formalités du nantissement.

  • 14 Terme de fauconnerie. Devoir de l'oiseau, sa part de la curée du gibier qu'il a pris.

SYNONYME

DEVOIR, OBLIGATION. Le devoir est ce que nous devons. L'obligation est quelque chose qui nous lie, qui nous oblige. Le devoir est toujours quelque chose de moral. L'obligation n'a pas ce caractère ; elle peut dépendre de causes très différentes.

HISTORIQUE

XIIIe s. [Le roi] En fist tout son devoir, ne dust estre repris, Berte, XCIX. Il font bien trestuit lor devoir, la Rose, 19163.

XIVe s. François font lor devoir ; ne les devez blasmer, Car qui fait ce qu'il doit, j'ose bien dire au cler, Que de riens ne meffait…, Guesclin. 19334.

XVe s. Le comte, à la complainte des herauts, commanda que on ardist tout, si des rachats à argent ils n'avoient fait leur devoir, Froissart, II, II, 66. En lui mandant qu'en faisant mon devoir, J'ay tous les maulx que nul pourroit souffrir, Orléans, Bal. 19. Dieu nous doint bonne destinée, Et chascun face son debvoir ; Ainsi ne sera redoubtée Par bon eur et loyal vouloir, Orléans, ib. Lasse ! or [je] me voy aujourd'hui si perie, Que nul ne fait envers moy son devoir, Deschamps, Complainte de la France. Et sur ce respondit qu'il en parleroit au roy et qu'il en feroit son devoir, Juvénal Des Ursins, Charles VI, 1380. Cil passa l'avangarde moult, Pour faire en l'estour son devoir, la Bataille du Liege.

XVIe s. Les regles du debvoir de l'homme, Montaigne, I, 30. Les malades ausquels le debvoir m'interesse, Montaigne, I, 91. Ne vaudroit-il pas mieux que par ces bons exemples de vie vous vous missiez en devoir de les convertir ? Lanoue, 84. Les autres Grecs ne feirent aucun devoir de les secourir, Amyot, Thém. 17. C. Lentulus, l'ayant apperceu, se meit en devoir de le sauver, Amyot, Fab. 33.

ÉTYMOLOGIE

Infinitif du verbe devoir, pris substanvement ; provenç. dever ; catal. deurer ; espagn. eber ; ital. devere.