Jean de LA BRUYÈRE, auteur cité dans le Littré

LA BRUYÈRE (1645-1696)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme LA BRUYÈRE a été choisie.

3150 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
Les Caractères de Théophraste traduits du grec, avec les Caractères ou les mœurs de ce siècle 1688-1696 3032 citations

Quelques citations de Jean de LA BRUYÈRE

Voici un tirage aléatoire parmi ses 3150 citations dans le Littré.

  1. Quelques jeunes personnes ne connaissent point assez les avantages d'une heureuse nature.
  2. On ne voit point mieux le ridicule de la vanité, et combien elle est un vice honteux, qu'en ce qu'elle n'ose se montrer, et qu'elle se cache souvent sous les apparences de son contraire.
  3. Pour paraître ne devoir rien aux autres, mais puiser tout de votre fonds.
    Disc. de récept. Le P. (puiser)
  4. Elles [les femmes] sont heureuses dans le choix des termes qu'elles placent si juste, que, tout connus qu'ils sont, ils ont le charme de la nouveauté.
  5. Il parle avec confiance ; il fait répéter celui qui l'entretient, et ne goûte que médiocrement tout ce qu'il lui dit.
  6. Il a fait imprimer un ouvrage moral qui est rare par le ridicule.
  7. Fade discoureur, qui n'a pas plutôt le pied dans une assemblée, qu'il cherche quelques femmes auprès de qui il puisse s'insinuer.
  8. La Pucelle [de Chapelain] et Rodogune méritent chacune une autre aventure.
  9. Tel avec deux millions de rente pour être pauvre chaque année de cinq cent mille livres.
    ib. (pauvre)
  10. Les pêchers ont donné avec abondance.
    XII (donner)
  11. On n'est pas entendu à cause que l'on s'entend soi-même.
  12. Les sots lisent un livre et ne l'entendent point ; les esprits médiocres croient l'entendre parfaitement ; les grands esprits ne l'entendent quelquefois pas tout entier.
  13. Il n'y a rien à perdre à être noble : franchises, immunités, exemptions, priviléges, que manque-t-il à ceux qui ont un titre ?
  14. Il y a des esprits, si j'ose le dire, inférieurs et subalternes qui ne semblent faits que pour être le recueil, le registre ou le magasin de toutes les productions des autres génies.
  15. Un air réformé, une modestie outrée, la singularité de l'habit… ne relèvent pas le mérite ; ils le fardent et font peut-être qu'il est moins pur et moins ingénu.
  16. Pressez-les, tordez-les, ils dégouttent l'orgueil, l'arrogance, la présomption.
    VIII (tordre)
  17. Timante, toujours le même et sans rien perdre de ce mérite qui lui a attiré la première fois de la réputation et des récompenses, ne laissait pas de dégénérer dans l'esprit des courtisans… il lui fallait cette pension ou ce nouveau poste…
  18. Rien ne fait plus d'honneur au prince que la modestie de son favori.
  19. Il est politique, mystérieux sur les affaires du temps.
  20. Condamné de payer pour un autre pour qui il s'est obligé.
    Théophr. XI (obliger)