Jacques BRUYANT, auteur cité dans le Littré

J. BRUYANT (13??-13??)

Dans le texte d'origine du Littré, les auteurs pouvaient être nommés par de nombreuses variantes. Dans cette version en ligne, la forme J. BRUYANT a été choisie.

notaire royal au Châtelet à Paris

75 citations dans le Littré

Œuvres citées dans le dictionnaire Littré

Cette liste des œuvres a été compilée manuellement pour ce site web. Elle n'est pas exhaustive, et privilégie autant que possible les références aux éditions originales. Elle peut toutefois comprendre des publications contemporaines d'É. Littré, lorsque ce dernier était explicite sur ses sources ou qu'il cite des compilations. Le dictionnaire imprimé contenait d'ailleurs une liste très partielle des œuvres et auteurs.

Titre de l'œuvre Date de parution Citations
La voie et adresse de pauvreté et de richesse 1342 72 citations

Quelques citations de Jacques BRUYANT

Voici un tirage aléatoire parmi ses 75 citations dans le Littré.

  1. Ainsy ces quatre m'atraperent, Et me batirent et fraperent.
    Ménagier, t. II, p. 5 (attraper)
  2. C'est voir [vrai], tu l'as bien retenu, Ce dit Raison, et à cuer mis ; Puisqu'estre veulx de mes complices, Garde bien que tu acomplisses Mes commandemens…
    dans Ménagier, t. II, p. 33 (complice)
  3. Regart si est trop perçant chose, Toute plaisance y est enclose.
    dans Ménagier, t. II, p. 14 (perçant, ante)
  4. C'est un chemin moult destravé, Plein de boullons [bourbiers], tout encavé.
    dans Ménagier, t. II, p. 18 (bouillon)
  5. Pour ce est voir [vrai] ce qu'on dire seult [a coutume] : De ce qu'œil ne voit, cuer ne deult [n'a de chagrin].
    dans Ménagier, t. II, p. 15 (œil)
  6. Ne soies pas larges, mais chiches ; Ainsi seras-tu tantost riches.
  7. Et monstré n'en doit estre au doit, Puis qu'il ne fait que ce qu'il doit.
    dans Ménagier, t. II, p. 19 (doigt)
  8. Car tout quanque barat [fraude] aüne [amasse] En ving ans, anientist fortune En une seule heure de jour.
    dans Ménagier, t. II, p. 28 (heure)
  9. Un grand villain, plus noirs que meure [mûre], Qui avoit à non desconfort, à manier me print moult fort, Et me fist ma peine doubler.
    dans Ménagier, t. II, p. 6 (manier [1])
  10. N'oncques puis je ne m'assenti De faire à nulluy desraison, N'autre chose contre raison.
    dans Ménagier, t. II, p. 33 (déraison)
  11. Car qui de soussi a la paine, En lui a santé maladive.
    dans Ménagier, t. II, p. 6 (maladif, ive)
  12. Car quant un cuer s'est forvoyés, N'est pas de legier ravoiés.
    dans Ménagier, t. II, p. 18 (fourvoyer)
  13. Tu languiroies en tel peine, Que tu n'auroies cuer ne vaine Qui voulsist entendre à rien faire.
    dans Ménagier, t. II, p. 14 (languir)
  14. On dit souvent qu'à l'enfourner Font li fournier les pains cornus.
    dans Ménagier, t. II, p. 36 (enfourner)
  15. Soies courtois et debonnaire, Comme uns homs estrait de bonne aire.
    dans Ménagier, t. II, p. 11 (débonnaire)
  16. Le beau chemin qui tost adresse Tous ceulx qui y vont, et agence En tout honneur, c'est diligence.
    dans Menagier, t. II, p. 20 (agencer)
  17. De telle ardeur [elle] se remuoit Qu'à pou que le sang ne suoit.
    dans Ménagier, t. II, p. 37 (ardeur)
  18. C'est le chemin de povreté, Une dame qui n'est prisée En ce monde, n'auctorisée.
    dans Ménagier, t. II, p. 18 (autoriser)
  19. Iceste copulation Faicte sans generation Et sans droicte necessité.
    dans Ménagier, t. II, p. 16 (copulation)
  20. Amour n'obeist pas à crainte ; Ne nullui n'aime par contrainte.
    dans Ménagier, t. II, p. 22 (amour)