« croître », définition dans le dictionnaire Littré

croître

Définition dans d'autres dictionnaires :

Fac-simile de l'édition originale du Littré (BNF)

croître

(kroî-tr' ; au XVIIe siècle plusieurs prononçaient craître ; et en effet les poëtes font rimer croître avec des sons en aître ; La victoire aura droit de le faire renaître ; Si ma haine est trop faible, elle la fera croître, Corneille, Sert. III, 4. Celui qu'ils craignaient fut le maître ; Proposez-vous d'avoir le lion pour ami, Si vous voulez le laisser croître, La Fontaine, Fab. II, 1. À de moindres objets tu peux le reconnaître ; Contemple seulement l'arbre que je fais croître, Racine L. Religion, I. Quel parti prendre ? où suis-je ? Et qui dois-je être ? Sur quel terrain puis-je espérer de croître ? Voltaire, Pauvre diable. Cette prononciation est tout à fait abandonnée par l'usage) je croîs, tu croîs, il croît, nous croissons, vous croissez, ils croissent ; je croissais ; je crûs, tu crûs, il crût, nous crûmes, vous crûtes, ils crûrent ; je croîtrai ; je croîtrais ; croîs, croissons ; que je croisse, que nous croissions ; que je crusse ; crû, crue ; croissant v. n. irrég.
  • 1Acquérir une taille plus grande, se développer, en parlant des êtres animés. Cette pluie a fait croître les blés. Ils sont crûs de six grands doigts, Voiture, Lett. 42. Laissez-le croître, ce roi chéri du ciel ; il saura tantôt se servir, tantôt se passer de ses plus fameux capitaines, Bossuet, Louis de Bourbon. Ainsi l'on vit l'aimable Samuel Croître à l'ombre du tabernacle, Racine, Athal. II, 9. Le bois qui, dans le même terrain, croît le plus vite est le plus fort ; celui qui a crû lentement est plus faible que l'autre, Buffon, Exp. sur les végét. 1er mém. Toutes les parties d'un corps organisé ont à croître, et, tandis qu'elles croissent, elles continuent à s'acquitter des fonctions qui leur sont propres, Bonnet, Consid. corps organ. Œuvres, t. V, p. 300. Ce jeune homme qui croissait pour changer la face de la botanique, Condorcet, Linné. Ce retard donnait aux moissons nouvelles des Russes le temps de croître ; elles nourriront sa cavalerie [de Napoléon] ; son armée traînera moins de transports à sa suite, Ségur, Hist. de Nap. II, 5.

    Ne faire que croître et embellir, se dit d'une jeune personne qui devient plus belle en devenant plus grande.

    Fig. Des caresses qui ne faisaient que croître et embellir, Hamilton, Gramm. 11. Une passion qui ne fait que croître et embellir, Voltaire, Lett. à Cath. 63.

    Ironiquement. L'approche de l'air de la cour a donné à son ridicule de nouveaux agréments, et sa sottise tous les jours ne fait que croître et embellir, Molière, Comt. d'Escarb. 1.

    Il est crû comme un champignon, tout en une nuit, se dit d'un homme de néant qui a fait une grande fortune en peu de temps.

  • 2 Par extension. Croître en beauté, en sagesse, en vertu, acquérir progressivement plus de beauté, plus de sagesse, plus de vertu.
  • 3Provenir, en parlant des végétaux. Il ne croît pas de blé en ce pays. La vigne ne croît pas dans les pays du nord.

    Par extension, en parlant de choses inanimées. Cette pierre est crue en une grande montagne, Pascal, Proph. 25.

    Fig. Il y croît [à Paris] des badauds autant et plus qu'ailleurs, Corneille, Ment. I, 1.

  • 4Devenir plus grand, en parlant des choses inanimées. Les pluies ont fait croître la rivière. La lune commence à croître. Le Dieu de Seine était dehors à regarder croître l'ouvrage, Malherbe, II, 3. Puisque le jugement nous croît par le dommage, Régnier, Épît. II. Ton nom ne peut plus croître, il ne lui manque rien, Corneille, Hor. II, 5. Ainsi l'ont autrefois versé [leur sang] Brute et Manlie ; Mais leur gloire en a crû loin d'en être avilie, Corneille, Poly. V, 4. Mais malgré ma bonté qui croît plus tu l'irrites, Corneille, ib. V, 2. Votre péril croîtrait, et je serais perdue, Corneille, Rodog. III, 1. Malgré tous mes respects je vois de jour en jour Croître sa résistance autant que mon amour, Corneille, Perthar. II, 3. …Un si rare mérite Semble croître de prix quand par force on le quitte, Corneille, Sertor. I, 3. Vos impostures croissent tous les jours, Pascal, Prov. 15. C'est ainsi que vous faites croître peu à peu vos opinions, Pascal, ib. 13. La faveur de Mme de Maintenon croît toujours, Sévigné, 432. Les persécutions feront croître l'Église, Bossuet, Hist. II, 7. Sa grandeur est crue selon la mesure de sa bassesse, Bossuet, Asc. I. Cependant l'empire des Perses allait croissant, Bossuet, Hist. I, 8. Que le trouble, toujours croissant de scène en scène, à son comble arrivé, se débrouille sans peine, Boileau, Art p. III. [Cet amour] Dont les feux avec nous ont crû dans le silence, Racine, Baj. II, 5. Je sens croître ma joie et mon étonnement, Racine, Iphig. II, 2. Je vois mes honneurs croître et tomber mon crédit, Racine, Brit. I, 1. Ah ! laisse à ma fureur le temps de croître encore, Racine, Andr. II, 1. Le trouble semble croître en son âme incertaine, Racine, Phèd. V, 5. Votre douleur redouble et croît à chaque pas, Racine, Iphig. II, 1. Plus la dépravation sembloit croître parmi les hommes…, Massillon, Av. Noël. Il y a, dans la cour d'une mosquée, une colonne où l'on marque les degrés de l'accroissement du Nil, et, chaque jour, des crieurs publics annoncent dans tous les quartiers de la ville de combien il est crû, Rollin, Hist. anc. Œuvres, t. I, p. 37, dans POUGENS. De sorte que le pouvoir va croissant et la sûreté diminuant, jusqu'au despote, sur la tête duquel est l'excès du pouvoir et du danger, Montesquieu, Esp. VIII, 5. La quantité de marchandises et denrées croît par une augmentation de commerce, Montesquieu, ib. XXII, 8. Depuis les Perses nous voyons croître le luxe en Asie et, par conséquent, les dépenses ; mais nous ne voyons pas croître les richesses prises pour la masse des denrées et des matières premières, Condillac, Hist. anc. Lois, ch. 9. Comme si l'objet de l'intrigue n'était pas rempli quand l'intérêt croît d'acte en acte, Marmontel, Rép. à La Harpe, Œuvres, t. XVII, p. 31 dans POUGENS. Et les maux de l'exil et de l'oppression Croissent au souvenir de sa chère Sion, Delille, Pitié, IV.
  • 5 V. a. Augmenter, accroître. Qu'à des cœurs bien touchés tarder la jouissance C'est infailliblement leur croître le désir, Malherbe, II, 8. M'ordonner du repos, c'est croître mes malheurs, Corneille, Cid, II, 8. Regarde-le plutôt pour exciter ta haine, Pour croître ta colère et pour hâter ma peine, Corneille, ib. III, 4. Mais la plus belle mort souille notre mémoire, Quand nous avons pu vivre et croître notre gloire, Corneille, Cinna, II, 1. Ma mort était ma gloire, et le destin m'en prive Pour croître mes malheurs et me voir ta captive, Corneille, Pomp. III, 4. Loin de me soulager, vous croissez mes tourments, Corneille, Médée, V, 3. De ceux qui m'ont trahi croissez l'indigne nombre, Corneille, Perthar. V, 3. Me plaindre à l'empereur serait croître ma peine, Rotrou, Bélis. III, 3. Peuvent-ils [les domestiques] croître leurs gages en se garnissant ? Pascal, Prov. 6. Je ne prends point plaisir à croître ma misère, Racine, Baj. III, 3. Que ce nouvel honneur va croître son audace, Racine, Esth. III, 3. Tu verras que les Dieux n'ont dicté cet oracle Que pour croître à la fois sa gloire et mon tourment, Racine, Iphig. IV, 1. Faut-il payer si cher cette paix d'un moment Qui croîtrait à la fois ma honte et mon tourment ? Delille, Par. perdu, IV. Pourquoi chercher vous-même à croître vos ennuis ? Ducis, Othello, V, 2.

    PROVERBE

    Mauvaise herbe croît toujours, se dit par plaisanterie des enfants qui grandissent beaucoup.

    À chemin battu il ne croît point d'herbe.

    On disait par plaisanterie à ceux qui se plaignent qu'une chose n'est pas assez grande : Faites-la éternuer et lui dites : Dieu vous croisse.

REMARQUE

1. Croître se conjugue avec l'auxiliaire avoir quand il exprime l'action de croître : La rivière a crû d'un pied ; cet enfant a crû de trois centimètres. Il se conjugue avec l'auxiliaire être, quand il exprime l'état : La rivière est crue ; cet enfant est crû de deux pouces.

2. Croître a été employé activement ; c'est du reste un archaïsme, mais qui est de très bon usage dans la poésie et la prose élevée.

SYNONYME

CROÎTRE, AUGMENTER. Croître se dit des êtres animés dont la taille devient plus grande : Cet enfant croît rapidement ; cet arbre a crû beaucoup dans l'année. Augmenter ne peut se dire des êtres animés : ni un enfant ni un arbre n'augmentent ; augmenter implique une idée d'agrandissement en tous sens qui n'est pas dans croître. Mais quand il s'agit de choses au propre ou au figuré, croître et augmenter sont synonymes ; sa générosité croît ou augmente tous les jours ; l'incendie croît ou augmente ; avec cette nuance cependant que croître porte à l'esprit l'idée d'un développement semblable à celui d'un être animé, et augmenter celle d'un agrandissement brut et en tout sens.

HISTORIQUE

XIe s. Soleil n'i luist, ne blet n'i puet pas creistre, Ch. de Rol. LXXVI.

XIIe s. En France crut si dolereus tourment, Ronc. p. 67. Dex ! puis leur est si grant peine creüe, ib. p. 69. Par Guenelon me croist peine mout grant, Ronc. p. 86. Car sor chascun [il] fist croistre un aubespin, ib. p. 155. Croistre [il] vous veut d'onor et de bernage, ib. p. 159. Belle niece Aude, or vous croist segnorie, ib. p. 160. Ja n'i croistra vos los ne vos honors, Couci, VII. Si [la reine Blanche] fait fermer [fortifier] chastiaus, pour mieus valoir ; De tant sont jà par lui [elle] creü Si hoir, Hues de la Ferté, Romancero, p. 183.

XIIIe s. Dame, ce dist li rois, honor vous est creüe, Berte, LXXX. En plorant s'en part Berte, cui Diex croisse bontés, ib. CXXXII. Et tout adiès croissoit li os [l'armée] de jor en jour, H. de Valenciennes, 11. Et bien saciez de voir que vous avez aillours deux tans de gens que vous n'avez chi, et se iestes en vostre terre, et toujours vous croistront gent, Chr. de Rains, p. 76. Devant els [ils] virent un enfant ; Genz ert et grant et ben creüz, Lai del desiré. Car les gens le conte croissoient, Qui plus et plus tous jours venoient, Bl. et Jeh. 4236. Toute autre maniere de fruit crut en regne de France, aus, oignons, Liv. des mét. 32. Quant li arbres furent creü, la Rose, 599. Et si estoit [un pin] si haut creüs, Qu'ou vergier n'ot nul si bel arbre, ib. 1438. Cil qui à lui ira de moi iert afiés ; Si li croistrai sa rente de mil mars d'or pesés ; Si iert tote sa vie mes drus et mes privés, Ch. d'Ant. V, 470. Tout soit-il ainsi que li vin ou li blé soient encore sor les liex où il crurent, Beaumanoir, XLIV, 41. Et se le [la] mesure est plus grans qu'à Clermont, si comme ele est en aucunes viles, on doit croistre du pris, Beaumanoir, XXVII, 16.

XIVe s. Donnons povoir de mander et assembler gens d'armes et de pié, de les croistre et amenuiser toutes et quantes fois que bon vous semblera, Ord. des rois, t. III, p. 160. Et les richesses de celui qui pesche [pèche] en prodigalité ne croissent pas moult, Oresme, Eth. 108.

XVe s. Finalement leur defense ne valut neant, car gens d'armes frisques et nouveaux croissoient toudis sur eux, Froissart, I, I, 108. Les saisons passerent, et ce jeune duc de Guerles cresist en honneur, en force, en sens et en grand vouloir de faire armes, Froissart, II, III, 94. Afin qu'en eulx dignité plus en cresse, Orléans, Compl. de la France. Estez nourrist et croist selon raison Vignes et blez et tous biens de nature, Deschamps, Adieu jeunesse. Afin que chascun soit engrant [désireux] De croistre [enchérir], et que au plus offrant…, Deschamps, Poésies mss. f° 407, dans LACURNE. Pour lorsle cueur lui estoit creu, et ne se trouvoit point humble envers ledit duc comme autrefois, Commines, II, 5.

XVIe s. Ce qu'ilz ont fait, car par rapt, tromperie, Ont augmenté et creu leur seigneurie, Malle nerbe croist trop plus que l'on ne veut, Marot, J. V, 69. Il mesloit dans sa mangeaille des pierres pour en croistre la mesure, Montaigne, II, 176. En la grande place de Syracuse l'herbe estoit crue si haulte et si forte que les chevaux y paissoient, Amyot, Timol. 32. Au moyen de quoy le cueur leur estant creu, ilz allerent incontinent mettre le siege devant la ville d'Acerres, Amyot, Marcel. 6. En une abbaye au dessous de Beaurevoir, où croist la rivière de l'Escaut, Du Bellay, M. 43.

ÉTYMOLOGIE

Berry, crêtre ; wallon, crèhe, au participe, créhou, crû ; namurois, crèche, au participe, créchu ; rouchi, crécher ; saintong. crétre ; provenc. crescer, creisser ; catal. crexer, espagn. crecer ; ital. crescere ; du latin crescere.